Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 16:00

Ceci est un grand jour : j’ai trouvé Alain Schifres en « un bouquin vraiment sympa ».

Le voici, bien épais : 450 pages de bonheur, 170 pamphlets, ces réflexions bien senties sur le monde qui entoure notre ami.

J’ai regretté pendant sept ans, depuis juin 2001, la disparition soudaine d’Alain Schifres, chroniqueur à l’hebdomadaire Express. D’une semaine à l’autre, il n’y a plus eu trace de ses écrits. Sans prévenir, sans dire au-revoir. L’aurait-on placé en première page ? Non. Alors, il est mort ? Tout de même, la rédaction lui aurait fait un bel éloge funèbre.

Est-il parti en voyage…a-t-il démissionné… l’a-t-on congédié suite à une vérité trop audacieuse ? La rédaction de l’hebdo n’a pas daigné répondre à ma naïve demande de renseignements sur mon cher disparu. Du coup, j’ai arrêté mon abonnement. De toute manière, je n’étais abonnée que pour « l’humeur » de Schifres, le reste me donnait le bourdon pour toute la semaine.

Il ne me restait que les petites coupures que j’avais soigneusement collectionnées depuis quelques années. Une aubaine.


 

Ce fut une joie immense de retrouver Alain Schifres dont les pamphlets me rappellent ce petit recueil d'auteurs divers "L'Esprit Français" (dont Alphonse Allais, Alphonse Karr...), ces Français qui s'interrogent avec humour sur la façon de vivre et de penser de leurs compatriotes.

Quelques extraits choisis de l’Inventaire curieux des choses de la France (édition Plon, 2008).

 … On est facilement exposé à un accident de biscotte. Plus que jamais au temps du réfrigérateur et du beurre dur. Tartiner une biscotte avec du beurre froid, c’est comme se lancer sur la glace d’un étang au printemps. Ce n’est pas un drame, une biscotte au matin qui se brise, mais, pour peu que tout aille ensuite de mal en pis, il arrive que le soir on se pende. (La biscotte)

… Serrant d’une main leur sac Prada, de l’autre un bébé qui s’appelle Calypso, de la troisième leur fiancé… (La Ronde)

… Sortons un peu de ces débats franco-français… c’est comme la « politique-politicienne », ils ne la supportent plus. Pour qu’un débat cesse d’être franco-français, il faudrait que les étrangers y participent, mais ils sont très réticents.

… Ce qui est placé le plus bas, c’est la querelle des personnes. Le plus haut : le débat d’idées. Les gens se prennent la gorge dans un cas, au sérieux dans l’autre. (Le débat « franco-français)

… L’image du bébé Cadum… En 1925, il s’affichait à Paris sur 17 mètres de hauteur. Le bébé Cadum, c’est le type qui met un pied dans l’ouverture de la porte. L’air de vouloir vous vendre quelque chose. Ce qui est d’ailleurs le cas… Cela nous changeait du savon de Marseille. Le seul, à ma connaissance, dans quoi on peut se cogner en se lavant…. Essayez d’aller derrière les oreilles avec un pain de Marseille de 200 grammes… Très peu sont faits pour des savons cubiques… plutôt pour des savonnettes en forme de mangue… (Le savon Cadum)

… Et que voient-ils ? Un bobo, un foutu bobo ! Paul est tombé bobo ! Cette façon qu’il a de n’être pas rasé, d’éviter de fumer, ses yeux, ses dents, ses pattes-d’oie, sa manière de tenir Pauline par la taille, tout cela sent si fort le bobo…La virulence du boboïsme vient de ce qu’il vous métamorphose en vous laissant intact…Etre bobo, est être deux choses à la fois. Qui n’est deux choses à la fois de nos jours ? Le « bourgeois-bohème », nous dit Brooks, concilie « réussite et spiritualité » : il suffit pour cela d’allumer des bougies et de boire du thé léger dans un bol japonais… Le bourgeois-bohème « croit en l’école publique, mais préfère l’école privée pour ses enfants »… C’est très bobo également d’aimer à la fois les nouvelles machines et les vieilles pierres… Bobo, redoublement de « b ». Inanité sonore. Vocable bébête et rigolo. Dites n’importe quoi, « bobo » répond l’écho…. Bobo, le brave bénévole, le bricoleur bonhomme, le bidouilleur barbu…N’est-elle pas bobo, la bobonne béate, alors qu’elle enfile à son bambin braillard une barboteuse éthique ? Et la bonne-maman bonasse, quand elle randonne en VTT ? …. Votre sœur qui bat le beurre. C’est très bobo de battre le beurre… Sa chaussette est trouée ? C’est bobo…(Bobo)

 

... On la voit partout, sauf dans les enterrements… (La petite robe noire)


… Selon l’histoire officielle, la Jeunesse est descendue sur la France le samedi 22 juin 1963, alors que 150 000 clampins selon la police sont venus applaudir Johnny, Sylvie et leurs copains sur la place de la Nation… (La jeunesse)

 

Le système D, le terroir, le téléphone, le giratoire, le carré Hermès, le Petit Lu... tout l’insprire !

Ce qui est vraiment sympa… c’est ce « bon bouquin ». Rien que ce mot, bouquin… (Ce qui est vraiment sympa)

Partager cet article

Repost 0
Published by Une Flamande à Perpignan - dans Lectures et films
commenter cet article

commentaires

monique 12/05/2008 10:04

Coucou Marie, pas de nouvelles, bonnes nouvelles j'espère. Je te souhaite un bon lundi de Pentecôte, à toi Jean et les enfants, j'espère que tu as eu le bonheur de les avoir pour ce grand pont, moi j'ai eu tout le monde et ça met sacrément de l'animation à la maison...et j'en suis ravie. Bises.

maria 12/05/2008 08:16

Ciao carissima amica! Si ho concluso anche il corso all'Università in Servizio Sociale ed ora sono impegnata per un'altra scadenza per stabilizzarmi nella scuola (lavoro!).
Vediamoci presto!

Nathalie CARRION 09/04/2008 16:21

en tout cas, tu m'as donné envie de lire ce bouquin!!!